R&B : quand le box office des tournées ne suivent pas les chiffres des ventes

Le R&B et, dans son sillage le Hip Hop, a le vent en poupe. Il suffit de voir les classements des chaînes musicales à la télé, les charts établis à la radio et les palmarès officiels divulgués aussi bien de façon hebdomadaire mais aussi annuellement. Les titres et albums R&B font, depuis plusieurs décennies, partie des 10 œuvres musicales les plus vendus chaque année et chaque semaine. Pourtant, les tournées sont peu fréquentes et les concerts sont souvent organisés dans des salles de capacité moyennes. Qu’est-ce qui pourrait expliquer cette contradiction ?

Le R&B c’est d’abord une voix

Oui ! Tout comme le jazz, le R&B n’est pas accessible à tous ceux et toutes celles qui souhaitent en faire. Autrement dit, n’est pas artiste de R&B qui le veut ! Il faut une voix magnifique et puissante, avec quelques octaves pour pouvoir s’adonner à ce style. Car le R&B est pourvoyeur d’émotions, de sensations. Il réveille des souvenirs, suscite l’optimisme ou attriste. Or, une belle voix est fragile, qu’elle soit masculine ou féminine. Un artiste qui souhaite une longue carrière a tout intérêt à la préserver, notamment, en limite le nombre de ses représentations, de ses concerts et de ses tournées. Et même avec des performances restreintes, les maisons de disques et organisateurs d’évènement préfèrent les petites salles où l’artiste n’aura pas à fournir trop d’effort vocal.

Le R&B c’est ensuite un style spécifique

Etre fan de R&B c’est adore un style de musique à la mélodie et au rythme constant. Il faut donc aimer, sinon, on risque de trouver l’album monotone. Beaucoup adore les chansons R&B, mais seulement, dans le cadre des singles et des tubes. En revanche, ils ne sont pas prêts à acheter tout un album ou une compilation sachant qu’ils écouteront à peu près le même son sur un ensemble de titres. Cela explique également pourquoi le public achète les chansons en téléchargement sur iTunes : cette démarche leur évite de s’encombrer de tout un disque qu’ils n’écouteront jusqu’à la fin. Ce constat est transposable aux concerts. Seuls les amateurs de R&B et du groupe ou de l’artiste s’y rendent. Or, cette « communauté » ne forme pas la majorité des acheteurs du titre et du single. Cette majorité a fait l’acquisition de la chanson parce qu’elle est à la mode, parce qu’elle l’inspire. Mais elle n’est pas prête à investir dans un album, encore moins, dans un ticket de concert à 150 euros. Les promoteurs préfèrent ainsi rester prudents et par conséquent les concerts n’ont lieu que dans de petites salles et les tournées ont peu de dates. Il y a bien évidemment des exceptions comme Rihanna ou Beyonce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *